Retour l'accueil du site

Géographie

Les trois principales îles du groupe des Iles Loyauté, Maré, Lifou et Ouvéa, s'étendent sur une ligne parallèle à la Nouvelle-Calédonie et à environ 110 km à l'Est de la Grande Terre.

Toutes les trois, aussi bien que les petits îlots épars entre Maré et Lifou, sont formés de corail surélevé, couvertes d'une brousse dense, et apparaissent, à une certaine distance en mer, comme des bandes de verdure horizontales et basses qui contrastent avec le profil vertical de leur montagneuse voisine, la Grande Terre calédonienne.

Ouvéa est un atoll, réputé pour être l'un des plus idylliques dans les Mers du Sud, dont la partie habitable, très basse au-dessus de l'eau, s'étend sur 54 km sur le côté Est de son lagon.

Lifou et Maré étaient toutes deux originellement des atolls, mais ont été surélevées, depuis largement au-dessus du niveau de la mer.


Lifou qui a 63 km à son point le plus large, et Maré, qui a 45 km de long et 36 km de large, présentent un large plateau central -le reste desséché de leur lagon- entouré par un pourtour côtier plus élevé qui forma à l'origine la bordure extérieure des atolls.

Le plateau en terrasse et la bordure côtière forment un angle aigu; les anciens rivages ont été recouverts de corail au fur et à mesure que les îles s'élevèrent: Lifou a été surélevée en quatre étapes bien définies et Maré en cinq: sa bordure côtière est la plus haute du groupe, atteignant 110 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Ouvéa et Lifou sont formées uniquement de corail. Mais Maré montre de petits affleurements de basalte à Rawa et Peorawa, que l'on pense être les restes de sommets montagneux formés au Miocène et autour desquels les polypes coralliens ont construit leurs récifs.

Les approches par mer et l'accès aux rivages sont généralement difficiles. Le lagon d'Ouvéa offre d'assez bons mouillages, ainsi qu'un wharf moderne à Hwadrilla, et la plage scintillante qui s'étire sur presque toute la longueur des principales îles, permet un accès facile.

Mais la côte Est d'Ouvéa, ainsi que les rivages de Maré et de Lifou, sont bordées et dangereux récifs frangeants adossés à des falaises coralliennes abruptes, qui rendent le débarquement hasardeux, sinon impossible, presque partout.

Il n'y a pas d'excellent mouillage à Lifou ou à Maré, bien que les navires puissent à Lifou trouver un abri contre les vents dominants au port de Wé équipé d'une digue et d'un quai, ainsi que dans la baie de Sandal (Baie du Santal) où les embarcations peuvent décharger au wharf de Xépénéhé et sur de petites plages à Eacho et Dueulu.

L'abordage est également possible dans les petits bras de mer à Mou et Luengöni, et sur la belle plage de Chateaubriand, mais seulement dans les temps les plus calmes.

A Maré les navires peuvent trouver protection contre les alizés au port de Tadine équipé d'une digue et d'un quai en béton, et dans la baie de Rô où l'abordage se fait directement sur les rochers et aussi dans les petits bras de mer sablonneux à Nécé et Mébuet.