Enseignement, formation, insertion professionnelle et emploi

Image
Enseignement

La formation, un levier important de la politique provinciale

Formation initiale

Dans le budget 2016, 1 588 400 000 F XPF a été consacrée à la formation. Rapportée à la population totale (RP 2014) elle représente 303 535 XPF par élève scolarisé sur la Province. Du primaire au Lycée, ce sont plus de 5 113 enfants de la province des îles qui sont scolarisés cette année-là dont 5 042 élèves inscrits dans un établissement scolaire privé ou public des îles Loyauté.

Dans le public comme dans le privé, depuis 2002 les effectifs scolarisés continuent de diminuer. Chaque année en moyenne l’effectif global baisse de 200 élèves.

Contenu structuré
Elements d'accordéon
Titre de l'accordéon
Enseignement primaire
Description

Un effectif en diminution « sous haute surveillance »

Sur les rapports émanant de la direction, l’accent avait été mis sur la période entre 2000 et 2015, où la province des Iles a enregistré une perte de 1158 élèves, soit quelques 77 élèves par an pendant cette période de 15 ans.

L’indicateur performant pour tenter d’évaluer l’effectif dans les classes des années à venir, relève des inscriptions nouvelles en petite section. En 2016, les incriptions enregistrées ont été à leur plus bas niveau depuis ces 16 dernières années.

Au vu des chiffres prévisionnels annoncés avant la rentrée 2016, la Province des Iles enregistrait une baisse de quelques moins 30 élèves à la rentrée scolaire 2016, comparés à la population élèves de 2015. Ce sont surtout les secteurs 3 et 5 de Lifou ainsi que le secteur 2 de Maré qui y sont les plus affectés. En conséquence, il est avéré la suppression de 2 postes dont l’un à l’école de Hnassé et l’autre à l’école maternelle de Wassanyi, à Lifou.

Par ailleurs, un poste budgétaire est resté vacant en 2016 à Ouvéa.

Un effectif des boursiers en diminution également

L’enseignement primaire compte en 2016, 2498 (2938 en 2015) boursiers affichant ainsi un taux de couverture de 82,98 % de l’effectif global du primaire.

Un budget à la hausse malgré une baisse d’effectifs

Sur les 1 588 400 000 F annoncés pour la formation initiale, 209 571 468 F sont consacrés au 1er degré (public-privé) soit 13,19 % du budget global de la direction de l’éducation. Sur ce dernier chiffre, 56 000 000 F sont réservés à l’enseignement public et 85 600 000 F à l’enseignement privé.

Comparé à l’enseignement primaire privé, le public affiche une consommation des bourses de 46 660 000 F pour les boursiers, avec un coût moyen par enfant boursier de 42 383 F et le privé consomme 38 915 278 F avec un coût moyen de 50 343 F.

Le budget du primaire public est en hausse compte tenu de l’adhésion de la grande majorité des enfants aux services des cantines scolaires sur Lifou et notamment à celles de Hmelek, Thuahaik et Hnacaöm en 2016.

Titre de l'accordéon
Enseignement secondaire
Description

Des résultats encourageants

Dans le second degré, deux examens balisent le parcours des élèves, l’un en fin de premier cycle, le diplôme national du brevet (DNB) et l’autre en fin de second cycle, le baccalauréat.

Ainsi, dans les collèges publics, obtient-on des résultats moyens gravitant entre 40% et 60% de réussite en 2015, ceux de 2016 atteignent entre 63,6 % et 94,4%. L’effectif des candidats au DNB dans ces collèges publics a diminué en 2016 soit 141 élèves, contre 173 élèves en 2015. Si le collège de Wé affiche en 2015 le taux de réussite le plus élevé, c’est celui d’Ouvéa qui accède à la première place. Le collège Laura Boula conserve par ailleurs le meilleur taux pour l’attribution des mentions. Pour ce qui concerne l’enseignement privé, l’on observe un meilleur taux de réussite par rapport à l’enseignement public avec 83,1 %. On retiendra aussi que le taux de réussite de la province des îles est de 81,5 %.

Un effectif des boursiers toujours important en dehors du territoire de la Province des Iles Loyauté

Sur une population de 2 615 enfants boursiers scolarisés dans l’enseignement secondaire et technique, 35,52 % poursuivent leur scolarité en dehors du territoire provincial.

Un taux de réussite qui reste au-dessus des 50 % pour le Lycée des îles pour les BAC Généraux et Technologique

A défaut d’avoir les résultats du Lycée des îles, pour les comparer à ceux de 2015, il est proposé le taux de réussite des boursiers candidats au BAC Général et professionnel.

En 2016, le budget réalisé pour le Lycée des îles en matière de bourses représente 9 534 195 XPF, soit un coût moyen par élève au lycée en 2016 de 59 219 sur un effectif boursier du lycée des îles en 2016 : 161.
Pour évaluer l’efficience du dispositif, le coût moyen de la réussite au lycée des îles représente 238 355 F par élève et de 108 343 F pour tous les lycées d’enseignement général et technologique.

Titre de l'accordéon
Enseignement supérieur
Description

Par la décision n° 2014-512/PR du 30 décembre 2014, l’ensemble des agents relevant de la Direction de l’Enseignement est affecté à la Direction de l’Education de la Formation de l’Insertion Professionnelle et de l’emploi.

Début 2016, la délégation de Nouméa comptait dans ces locaux, 6 agents relevant du secrétariat général dont le secrétaire général adjoint et 4 agents relevant de la direction de l’Education de la Formation de l’Insertion Professionnelle et de l’Emploi.

La décision du n° 2016-159/PR du 17 mai 2016 affecte les agents de la Cellule « Enseignement Supérieur » à la Direction Générale des Services de Nouméa ».

Il convient de rappeler que le transfert de missions du secteur de l’Enseignement Supérieur est transitoire. D’une part, la partie administrative est dévolue à la Direction Générale des Services et d’autre part la partie financière reste une compétence rattachée à la Direction de l’Education.

Une démarche à soutenir

La délibération provinciale du 20 juin 2013 regroupe l’ensemble des dispositifs d’aide aux étudiants dans un seul et unique texte pour encore plus de lisibilité, de visibilité et de cohérence. Elle renforce davantage la réalisation de trois objectifs majeurs :

  • Encourager et/ou aider à la réalisation des projets de formation ;
  • Valoriser les filières de formation retenues au rang des priorités provinciales ;
  • Promouvoir l'égalité des chances.

En 2016, outre le prêt provincial, deux types de bourses d’étude ont été accordés aux étudiants, la bourse classique accordée sur critères sociaux et la bourse spécifique des îles Loyauté pour promouvoir les filières d’excellence.

  • Etudes effectuées en Nouvelle-Calédonie
    Les informations suivantes regroupent le nombre d’aides octroyées par la Province de 2009 à 2016.
    L’on soulignera l’augmentation de l’effectif des boursiers passant de 120 étudiants en 2009 à 193 en 2016, soit + 73 étudiants boursiers. L’amélioration du taux de réussite au baccalauréat et la révision à la hausse du plafond d’admission des aides à partir de 2013 en constituent les raisons essentielles.

     

  • Etudes effectuées en Métropole
    Les étudiants souhaitant poursuivre leurs études en Métropole bénéficient d’une préparation au départ (positionnement, cours collectif et individuel) et d’un suivi pédagogique (entretien, regroupement ou appel téléphonique). Dans le cadre de la convention 2014/2015, 55 étudiants ont bénéficié d’un positionnement, 35 de cours de remise à niveau et 29, d’un suivi pédagogique sur le lieu de formation.
     
  • Dispositif Bourse spécifique (BSIL)
    La « bourse spécifique des îles Loyauté » est attribuée par décision de l'Exécutif de la Province des Iles Loyauté dans la limite des crédits budgétaires et selon les filières prioritaires arrêtées par le Président de l’Assemblée de la Province des Iles Loyauté sur proposition de la commission ad hoc.

    La valorisation des filières prioritaires implique une sélection rigoureuse des candidats. Ainsi, pour l’année universitaire 2012/2013, le taux de réussite de ce dispositif est quasiment de 100%.
    Pour l’année universitaire 2015/2016, 13 étudiants sont en situation de réussite, à l’exception de deux redoublements en cycle d’ingénieur. Néanmoins, ces redoublements sont opérés avec des moyennes supérieures à 11/20. On notera deux cas d’abandon de formation (l’une pour des raisons financières).

    • Les taux d’abandon sont de 30% et 31% respectivement pour la première et la deuxième promotion. Ce taux ne changera pas pour la première promotion et on peut aussi espérer qu’il n’évoluera pas pour la deuxième promotion. Ce taux est pour l’heure de 14% pour la troisième promotion. 
    • Le taux d’échec définitif est de 30% pour la première promotion, de 19% pour la deuxième promotion, de 7% probablement pour la troisième promotion
    • Le taux de réussite au BTS, à ce jour, est de 20% pour la première promotion et de 19% pour la deuxième promotion. Ces taux sont susceptibles d’évolution, il faut le souhaiter. Il sera dans le meilleur des cas de 40% en juillet 2016 pour la première promotion, de 50% pour la deuxième promotion.
    • Pour la troisième promotion, 79% de l’effectif est encore « en course », on peut espérer à terme une augmentation du taux de succès par rapport aux deux promotions précédentes.
  • L’on rappellera d’une façon générale, qu’au niveau national, 34% des bacheliers professionnels inscrits en BTS abandonnent les études supérieures. Ceci est la traduction du changement de dimension entre le parcours scolaire en bac pro et le parcours supérieur en BTS. De plus, si l’on tient compte des abandons en cours d’études et que l’on rapporte les diplômés BTS aux inscrits de première année, le taux de réussite des bacheliers professionnels au BTS serait de l’ordre de 40% à 45% selon les sources.
Titre de l'accordéon
Formation professionnelle
Description

Dans le domaine de la formation professionnelle, afin de répondre aux préoccupations des demandeurs d’emploi et des professionnels loyaltiens en activité, la Province des Iles met en place sa propre programmation annuelle de formation professionnelle. Pour la mise en œuvre de ce dispositif, elle confie, par convention de délégation triennale, à l’établissement (EPEFIP) la gestion administrative et financière de « l’Environnement stagiaires » afin d’indemniser les stagiaires en formation professionnelle.

Titre de l'accordéon
Calendrier 2019
Description

Calendrier DEFIPE 2019

Télécharger le calendrier DEFIPE 2019 :

Titre de l'accordéon
Dossier de candidature Instituteur remplaçant temporaire
Description
Contact(s) associé(s)

Direction de l’enseignement, de la formation, de l’insertion professionnelle et de l’emploi

Téléphone
(687) 45.52.20
Fax : (687) 45.52.25